icons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All-27icons_All_croppednoun_10551_ccicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_croppedicon/closeicons_All_croppedicons_All_croppedicons_All_cropped

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir la meilleur expérience en ligne possible. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies en accord avec notre politique d'utilisation des cookies. Pour plus d'informations, vérifiez notrePolitique de confidentialité

Témoignage : Chimay

19 December 2018

Objectif : « 10 ans déjà que, grâce aux pellets, la Brasserie de Chimay contribue à diminuer des gaz à effet de serre ! »

La brasserie de Chimay, bière locale fait le choix d’utiliser une chaudière à pellets, pour suivre les Accords De Branche.

Brasserie de Chimay : M Henriet Daniel
Conseiller en prévention / Responsable immobilier / Gestionnaire énergie, pour l’ensemble des entreprise du groupe Chimay.

 

1. Pourquoi avoir opté pour une chaudière à Pellets ?

Les entreprises Bières et Fromages de Chimay depuis plusieurs années étaient actives dans les démarches de l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (URE). Au départ, le déclic est venu d'un souci en alimentation en eau pour la partie brasserie (Abbaye). A l'époque pour brasser un litre de bières hors mise en bouteille, il fallait 7 litres d'eau. Après pas mal d'action en vue de réduire cette consommation, le ratio est tombé sous les 3,2 litres.

Suite à cela nous nous sommes lancés dans les Accords De Branche (ADB) de première génération. Les Accords de Branche sont « Les accords volontaires entre la Wallonie et les entreprises pour améliorer l'efficacité énergétique et réduire les émissions en CO2 des procédés industriels », pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site de la Wallonie  .  Nous avons terminé ces ADB avec de très bons résultats. La chaudière à pellets faisait partie des actions mises en œuvre.

Il va de soi que cette chaudière n'a pas amélioré l'efficience énergétique, mais a bien contribué à la diminution des gaz à effet de serre.

Un autre déclic à la base de cet investissement fut la crise boursière de 2008 et l'envolée des prix des énergies. La direction m'avait alors demandé ce que nous pourrions envisager pour réduire nos coûts énergétiques.  Etant un adepte de l'adage "L'énergie la moins chère et la moins polluante est l'énergie qui n'est pas consommée",

Ce qui m'a conduit d'abord à mettre en place une récupération de l'énergie sur le processus de fabrication, afin de chauffer le monastère, lorsque la brasserie est en production, aucune énergie thermique supplémentaire n'est nécessaire. Par contre, il faut encore de l'énergie primaire pour les heures durant lesquelles la brasserie n’est pas en production. Comme la jonction thermique entre la brasserie et le monastère était mise en place et que les chaudières gas-oil du monastère étaient vétustes et à remplacer, l'idée de les supprimer et d'adapter la chaufferie vapeur de la brasserie, a vu le jour.

Au début des recherches, les chaudières biomasse pouvant répondre à nos besoins n'étaient pas légion et la majorité fonctionnaient au bois déchiqueté. La technologie au bois déchiqueté présentait plus de risque au niveau stabilité, d'autant plus que la chaudière devait fonctionner 24h/24 et un maximum de jours sur l'année.

Comme à l'époque j'avais à mon privé un poêle à pellet et ensuite une chaudière à pellets, l’idée de cette technologie pour les besoins de la brasserie m’est venue et je me suis mis à la recherche d'une chaudière à pellets répondant à nos besoins.

Ma direction étant convaincue, il restait à convaincre le Conseil d’Administration, ce fût un peu plus rude, mais le projet finit par recevoir l'aval, à la condition de réaliser une installation qui ne se voyait pas, raison pour laquelle notre silo de stockage est particulier.

 
Chaudière à pellets et installation

 
Livraison du silo et sa mise en place

2. Comment ce choix s’inscrit-il dans la vision de votre entreprise/société ?

J'ai déjà répondu en partie à cette question dans la question précédente, mais je pourrais ajouter qu'historiquement les moines ont toujours mis en avant la protection de l'environnement. Un autre exemple, dont je me souviens, est la production d’huile de colza, produite localement pour leurs besoins en éclairage.

3. Est-ce important à vos yeux d’utiliser un pellet local comme le BADGERPellets ?

Oui, et aussi aux yeux du CA, il était important d'utiliser des pellets de production local, il était hors de question que de par le transport, l’utilisation de pellets n'engendre autant de dégagement de CO2 que l'utilisation du gas-oil. Plus encore, le silo devait aussi provenir d’une production locale. Chose faite en ayant fait appel à une société belge.

4. Depuis la mise en route de votre installation, quel est votre niveau de satisfaction ?

La date de mise en service était le 14/12/2009, un avant-goût de cadeau de Noël.

Foyer avant allumage
Foyer avant allumage
1er mise en route en 2009.
1ère mise en route en 2009.

La première satisfaction est d’avoir répondu à l’objectif de départ et ce depuis presque 10 ans ! J’aurais pu le valoriser en nombre de litre de fioul non consommé et traduire cela en impact bénéfique écologique mais j’avoue que les grands chiffres risquent de faire peur. Nous dirons tout simplement que cela est significatif et non négligeable !

Personnellement au niveau de l'installation, je suis persuadé que les nouvelles générations de chaudières apportent un niveau de confort et de fonctionnement plus optimal. N’oublions pas que en 10 ans de temps, notre choix d’époque est presque à considérer comme un prototype et que l’évacuation des cendres reste cependant un vrai challenge.

Il est aussi à noter que pour bien fonctionner à l'optimum une telle installation demande plus de suivi que pour une installation au fioul. Le choix écologique demande une implication et un engagement en profondeur à tout niveau. Tant humain qu’en temps, plus vous vous engagez plus vous aurez la possibilité de vous améliorer.

Si c'était à refaire je n'hésiterais pas à me battre pour refaire passer le projet, peut-être qu'avec l'expérience j’insisterais pour une technologie encore plus performante.